ALLONGE TES CORDAGES ! (Esaïe 54 : 2)

Le chapitre 54 d'Esaïe est l'un des plus glorieux contenant des promesses qui nous laissent sans voix. D'autant plus, qu'il se présente aussitôt après le 53ème chapitre dévoilant les souffrances et la mort de l'Agneau mené à la boucherie.

Nous n'avons pas à souligner ici l'importance du texte que nous allons appliquer, en surimpression, à ceux qui, comme le Serviteur souffrant, sont appelés à « allonger les cordages et aussi à affermir les pieux ».

Tout authentique serviteur de Dieu a un parcours identique à celui décrit dans ces deux chapitres monumentaux du prophète. Le 53ème est déjà accompli depuis 2.000 ans. Le 54ème attend son accomplissement concernant Israël.

Pour ce qui est du serviteur ou disciple de l'Agneau, il a aussi à vivre sous des tentes et non dans des domiciles fixes, solides, durs. Il est prêt à transporter ailleurs, selon les ordres de son Maître, le lieu de sa résidence, selon les besoins des populations qui attendent le Pain de Dieu, l'annonce de sa Parole de vérité.

C’est alors qu'il lui est signifié le besoin : « d'élargir l'espace de la tente, d'allonger les cordages, et d'affermir les pieux ».

Avec quelle minutie, quel ordre, Dieu dirige et conduit la marche de ceux qui, sachant leur propre incapacité, se conforment docilement à ce qu'indique l'Esprit qui les anime.

N'est-il pas vrai que nous n'avons pas ici-bas de cité permanente et que comme des nomades nous attendons Celle qui nous est promise.

Nous vivons sous une tente, et s'il vous est arrivé de camper sous des tentes, vous savez combien les cordages ont de l'impor­tance. Mais ils ne serviraient à rien, si les pieux n'étaient pas fermement enfoncés dans le sol.

Les « cordages d'amour » qui relient les enfants de Dieu les uns aux autres sont de l'ordre de l'indispensable. Ils ne suffisent pas si les pieux sont branlants. « Affermis tes pieux » (v. 2)

Parfois on est ébloui en lisant qu'à travers le monde, des auditoires de milliers de personnes sont abrités sous des tentes géantes et écoutent de brillants conférenciers.

Plût au Seigneur que ces serviteurs aient bien pris soin « d'affermir les pieux », c'est-à-dire que le fondement de leur ministère soit profondément enfoui sous terre, et que l'orgueil ne vienne pas entacher leurs succès quant au nombre.

Ces deux chapitres d'Esaïe sont bien adressés au peuple d'Israël, fils premier-né de l'Eternel. Cependant, j'entends comme un écho qui atteint ceux qui, comme l'Agneau immolé, savent qu'aux yeux du Père qui les a appelés, c'est ce qu'ils SONT et non ce qu'ils FONT qui importe.

V2BibleBooks 2010 - carte du site - contact - photos