IL RÉPONDIT : NON (Josué chapitre 5)

La section du passage que nous allons découvrir est tellement sacré, qu’il se termine ainsi au verset 15 : « Ote tes souliers de tes pieds, car le Lieu sur lequel tu te tiens est Saint ».

Josué, digne successeur de Moïse, instrument choisi et institué par l'Eternel pour introduire la nouvelle génération du Désert en Canaan, est un Chef d'armée. Le voici arrivé près de JERICHO, et « Un homme se tenait devant lui, une épée nue dans la main » (verset 13)

Josué, l'homme qui a reçu cet ordre de marche « Fortifie-toi et prends courage ! » (Josué 1, verset 9) va vers l'homme, ne craignant pas l’épée nue dans la main de l’Inconnu, et lui pose la question :

« Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ? » (Verset 13). C'est à cette question que la réponse est : NON !

« Non, mais JE SUIS le Chef de l'Armée de l'Eternel ».

 JESUS se présente : « JE SUIS » le Chef de I'Armée. Josué, ce n’est pas toi le chef de l’Armée, c'est Moi : « JE SUIS ».

Nous comprenons que le geste de se déchausser apporte, sans contestation possible, la confirmation que Celui qui vient à la rencontre de son serviteur Josué, est bien Celui qui porte le même nom que lui : Jésus et Josué sont identiques en hébreu, et signifient : SAUVEUR.

 Jésus indique à Josué, son serviteur, que devant l’impossible prise de Jéricho, condition d’entrée en Terre promise, que ce n’est pas l’homme Josué, mais le Sauveur d’Israël « JE SUIS » en la Personne de son Fils Jésus qui va faire tomber les murailles fortifiées de la ville !

La révélation est si précise, que le texte dit au verset 14 :

« Josué tomba le visage contre terre, se prosterna et lui dit : Qu’est-ce que mon Seigneur dit à son serviteur ? » :

« Ote les souliers de tes pieds, le Lieu sur lequel tu te tiens est SAINT ».

 « Nos » victoires sont toujours les Victoires de Dieu. Nous pensons que Josué le serviteur a fait entrer le peuple en Canaan…Mais NON ! C’est le Seigneur qui l’a fait.

Alors ce « Josué » pourrait être aujourd'hui toi ou moi. Sommes-nous devant un IMPOSSIBLE ? Qu'importe ! Le chef de l'Armée de l'Eternel est là, son Epée nue à la main, non pour nous abattre, mais pour vaincre l‘adversaire.

 En Apocalypse 1, verset 16, Jean a la vision de Jésus : « De sa bouche sortait une Epée aiguë, à deux tranchants ». Après cela, aurions-nous peur de l’adversaire ?

 Partons en Vainqueur et pour vaincre.

V2BibleBooks 2010 - carte du site - contact - photos