J’ÉTAIS AVEUGLE ET MAINTENANT JE VOIS ! (Jean 9: 25)

L’histoire de cet homme n’est pas celle de tous les autres aveugles que Jésus a guéris. Lui est né aveugle.

Le miracle ne peut que souligner le pouvoir créateur de Jésus, car de rien, Il a créé la vue. C’est pourquoi ce miracle-là a suscité une telle contradiction parmi le clergé officiel de l’époque ! Et voilà que non seulement l’homme miraculé mais aussi ses parents sont interrogés : « Est-ce là votre fils, est-il vraiment né aveugle ? » Puis de nouveau l’interrogatoire du fils : « Nous savons que cet homme est un pécheur » lui disent les pharisiens, et la réplique qui fait que le titre de cette page est génial, plus : il est divin !

« Je ne sais pas s’Il est un pécheur ; je sais une chose : c’est que j’étais aveugle, et maintenant je vois. » !

Une fois encore, constatons combien l’expérience prime la connaissance ! Que voulez-vous objecter à une telle expérience ? Nous savons où ce refus de ce qu’est Jésus a mené les hommes religieux, ils sont devenus des bourreaux !

Mais dans cette histoire vécue sur le plan de la cécité naturelle, nous allons trouver une similitude inattendue avec les « aveugles-nés » spirituels. Vous ignoriez que cela existe ?

Qu’est-ce qu’un aveugle-né spirituel ? C’est quelqu’un qui, quoique religieux, n’y voit rien. N’allons pas plus loin : il s’agit de ceux qui n’ont pas voulu croire à ce miracle de l’aveugle-né. Mais de nos jours, n’en connaissez vous pas des aveugles-nés spirituels ? J’en connais beaucoup….Et ils disent : « Nous voyons » ! Cela l’évangile l’explique.

Tout cela me conduit à partager avec vous une expérience que j’ai vécue il y a presque cinquante ans. J’étais invitée à un repas du soir chez une amie chrétienne qui avait aussi un hôte de marque : le Grand-Rabbin d’une ville Suisse. Son but, était de le mettre en relation avec la chrétienne-Sioniste que j’étais. La discussion, qui dura toute la soirée jusque tard dans la nuit, avait pour point crucial : la personne de Jésus !

Je ne vais pas vous raconter des heures de discussions bibliques avec cet érudit. C’est la conclusion l’important : comme nous n’arrivions à aucun accord avec les passages bibliques, je lui ai sorti comme argument final :

« Monsieur le Grand Rabbin permettez-moi de vous raconter l’histoire d’un aveugle-né »….et je conclus ainsi : « Si je n’avais pas rencontré Jésus, je n’aurais jamais consacré ma vie à défendre la cause d’Israël. C’est l’expérience de la foi en Jésus qui a créé en moi l’amour de votre peuple »

Savez-vous ce qu’il m’a répondu : « Devant votre expérience je m’incline » !

Cet homme est décédé depuis mais nous nous étions revus plusieurs fois à Jérusalem.

V2BibleBooks 2010 - carte du site - contact - photos