SUCRE ET SEL  (Colossiens 4 :6)

Ce n'est pas une recette culinaire, mais bien une recette pour ceux qui ont à assaisonner leurs paroles, car sans un bon dosage on risque de fort dénaturer le goût d'un mets.

« Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce (c'est le sucre) assaisonnée de sel (c'est la vérité) afin que vous sachiez comment répondre à chacun ». (Colossiens 4, verset 6)

Trop de sucre, cela devient écœurant ! Trop de sel, cela devient immangeable ! Un mot peut blesser, un mot peut guérir, mais encore faut-il que ce mot soit placé au juste endroit qui lui convient.

C'est la tâche pastorale essentielle. Il est facile de faire un sermon de haute volée. Que de fois tel prédicateur est désigné comme adressant des messages qui enthousiasment les chercheurs de « belles phrases .

Le vrai travail du Pasteur est de savoir doser sucre et sel dans les soins individuels qu'il doit apporter à ses brebis.

Un sermon ne blesse jamais personne. S’il est trop salé ou trop sucré on dira « c'était trop sévère » ou  « c'était fade », et cela ne fera ni bien ni mal aux auditeurs, sinon qu'ils auront perdu leur temps pour écouter des propos inutiles.

Il y a le travail « caché » du vrai Berger. Une brebis est souffrante ; à qui va-t-elle s'adresser sinon à son berger ? Elle vient le trouver et lui expose une plaie. C'est là que le dosage du sucre ou du sel est une œuvre d'art dans le travail pastoral.

Pourquoi cette plaie ? Quel est l'accident qui l'a produite ? Est-ce une chute, ou bien un coup qui a frappé ? S'informer minutieusement avant d'appliquer le remède.

Il est dans « l'air du temps » de prescrire le même produit pharmaceutique à tout malade, sans tenir compte que chaque individu a ses propres réactions, et que tout remède ne convient pas à tous...

Pour ce qui est du soin « spirituel », chaque brebis est à considérer d'une façon tout à fait personnelle : quels sont ses antécédents, temporels, moraux, spirituels ? Ce qui convient à l'un peut ne pas convenir à l'autre.

Il n'est pas facile d'être « Médecin des âmes ».

Si le Médecin des corps devrait l'être par « Vocation », que dire du « Médecin des âmes » le Berger ?

V2BibleBooks 2010 - carte du site - contact - photos