De l'eau vive

Nous vous invitons à nous faire part de vos encouragements, témoignages, réponses à la prière, etc.

Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Jean 7:38

Que la parole de Christhabite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vousles uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos coeurs sous l’inspiration de la grâce.  Col 3:16

C’est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites.

la Bible 1Thessaloniciens 5:11

The Life and Ministry of Theodore Austin-Sparks by Lance Lambert

The Life and Ministry of Theodore Austin-Sparks


Texte lu lors des funérailles de Paul Wolff

Paul Gustave WOLFF est né le 31 août 1925 à Strasbourg, le plus jeune enfant

de Charles et Cécile Wolff. Comme sa soeur aînée Marthe (ici présente), et son

frère André, il a été baptisé et confirmé dans la confession réformée ; Paul ne

s’est pourtant pas vraiment intéressé à Dieu avant que le drame de la Seconde

Guerre Mondiale ne le frappe… suite

Son témoignage en Anglais

Les faux raisonnements

« Mettez en pratique la Parole, et ne vous bornez pas à l’écouter…

 …en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements ». 

Jacque 1::22

 «  Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie,

Et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! »

 Psaume 139 :  23-24

 Soyons intraitables avec les faux raisonnements, puisqu’ils sont faux, ils viennent du Malinrejetons-les sans hésiter.

"Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité ».  

3 Jean 1 : 4

La mort de la chair

J’ai été crucifié avec Christ… (Galates 2:20)

Accepter ta situation

« Pour ce qui concerne les choses au sujet desquelles vous m’avez écrit, je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. Toutefois, pour éviter la débauche, que chacun ait sa femme et que chaque femme ait son mari » (1 Corinthiens 7 : 1-2.)

Nous allons consacrer quelques jours à parler du mariage en commentant ce chapitre 7 de l’épître aux Corinthiens que nous avons devant nous. Dans ces 40 versets l’apôtre rappelle pas moins de 7 fois que le célibat est préférable au mariage si la personne peut se garder célibataire sans tomber dans la tentation de la fornication. Il vaut mieux se marier que de tomber dans le péché. « Je voudrais que tous les hommes soient comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière et l’autre de l’autre. A ceux qui sont mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi. Mais s’ils manquent de maîtrise d’eux-mêmes qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler  » (1Corinthiens 7 : 7 à 9)

Confiance en Dieu

« Car nous ne voulons pas que vous l’ignoriez, frères : la tribulation qui nous est survenue en Asie nous a accablés à l’excès, au-delà de nos forces, à tel point que nous désespérions même de conserver la vie. Vraiment nous avons porté en nous-mêmes notre arrêt de mort, afin d’apprendre à ne pas mettre notre confiance en nous-mêmes, mais en Dieu qui ressuscite les morts » (2 Corinthiens 1 : 8-9)

Nous ne savons pas ce qui est arrivé à Paul pour le laisser si affligé et accablé au-delà de ses forces. Il y a eu beaucoup de suppositions à ce propos. Peut-être était-ce la tribulations qu’il subit en Asie, l’émeute à Ephèse, selon Actes 19, les problèmes dans l’Eglise de Corinthe, l’opposition à l’Evangile, ou bien des problèmes de santé, on ne sait pas. Et c’est peut-être mieux ainsi, parce que nous pouvons appliquer la réponse à cette affliction à tout ce qui nous arrive à nous autres, quoique ce soit.

La solution est de se confier en Dieu qui ressuscite les morts. Quand nous nous considérons comme morts, la solution est de se confier en Dieu qui ressuscite les morts. Quand il n’y a aucune solution humaine possible. Quand tout est perdu, quand il n’y a plus rien à faire, quand s’est envolée la dernière possibilité de salut, c’est notre consolation : Dieu ressuscite les morts.

La persévérance des saints

La première Epître de l’apôtre Jean est une lettre Pastorale. Il l’a écrite dans le but que nous sachions (maintenant) que nous avons la Vie Eternelle (5. 13) et que nous avons la communion avec le Dieu Vivant.

Nous allons voir les 5 évidences dans l’ordre de leur apparition que suit Jean pour savoir si nous sommes sauvés, si nous persévérons, et si nous marchons correctement.

Gardons les commandements (2: 3-6. 5: 7) Écoute Israël le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu Aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandements plus grands que ceux-là (Marc 12 : 29- 31)

Nous devons marcher comme Christ a marché. (2 : 6) Cela ne signifie pas être parfaits (2 : 1-2) mais avoir un style de vie comme celui de Christ. Pour connaître ses commandements il est nécessaire de méditer et de sonder les Ecritures. Comment sont ma faim et ma soif de la Parole de Dieu. Est-ce que je veux connaître Dieu chaque jour un peu plus ?

Isabelle Degermann


Artiste peintre à Paris pendant une trentaine d'années elle a également travaillé à Montmartre comme portraitiste pour gagner sa vie. En 2000, elle se sent appelée à quitter cette ancienne vie pour chercher la volonté de Dieu et elle commence à exécuter de grandes toiles inspirées par la Bible et tournées vers Israël. Sa première exposition de peintures a lieu à Genève en automne 2001, et sera suivie de plusieurs autres en Belgique, en France dans des conventions chrétiennes et communautés juives, aux USA (Floride) et en Israël.

Devenue chrétienne en 1986 elle part dix années plus tard pour suivre un séminaire dans le nord des Etats-Unis où elle entend parler d'Israël, de l'amour de Dieu et de Ses promesses pour Son peuple. Elle fait son premier voyage en Israël en février 1997 et lors d'une visite au musée du Souvenir de la Shoah (Yad Vashem) ses yeux s'ouvrent sur la dureté de son coeur et sur son incapacité d'aimer comme Dieu le veut. Ses illusions tombent en même temps que ses larmes. Elle reçoit de plus en plus clairement un appel à se tenir auprès du peuple juif, à l'aimer, à le bénir, à le consoler, non par ses capacités mais par l'Esprit de Dieu (Zacharie 4). Ses peintures, inspirées par la Bible sont destinées à tous, tandis que celles de l'ALYAH ont un message de plus en plus pressant pour le peuple juif : Dieu veut rassembler le peuple élu de toutes les extrémités de la terre pour le conduire en ISRAEL avant le retour du Messie.

Friedrichsruh - Erino Dapozzo

C'est là que s'est replié le Consulat suisse, dans la propriété des Princes de Bismarck.

J'arrive dans la petite gare de Friedrichsruh au moment où un bombardement lointain fait rage. On assure que c'est Brême qui est attaqué. Les bombes doivent être de gros calibre car le petit bâtiment est entièrement secoué par les explosions et nous nous trouvons cependant à 80 Km de Brême.

Enfin voici le beau château de Bismarck enfoui dans une magnifique forêt, ce qui lui donne l'aspect d'un manoir. Quand je passe devant l'entrée, j'aperçois un immense étendard aux couleurs de la Suède. 

FRIEDRICHSRUH.pdf

Hambourg 1944 - Erino Dapozzo

INTRODUCTION

Plusieurs personnes ayant manifesté le désir de lire le récit de l'intervention de Dieu lorsqu'Il me sauva de la main de ceux qui me tenaient dans leurs liens, je me permets de raconter ici dans un langage simple, celui du coeur, de quelle manière Il intervint et inclina en ma faveur les plus hautes sommités de la Police allemande.

Ce qui tenait de l'impossible, Dieu l'a fait. Ce n'est pas l'effet d'un mérite, bien au contraire.

C'est une grâce dont toute la gloire revient à Celui qui peut faire au- delà de ce que nous pouvons demander ou concevoir.

Puissent ces quelques lignes encourager chaque lecteur à se confier pleinement au Seigneur qui entend les soupirs les plus intimes. C'est là mon désir et ma prière.
E. Dapozzo 

HAMBOURG 1944.pdf

Témoignage d'Erino Dapozzo

Fredy Gilgen, le fidèle collaborateur d'Erino Dapozzo,

parle de la vie de celui qui fut son ami :

- ERINO DAPOZZO -


"Toute ma vie a été consacrée au Seigneur…"


M. et Mme Erino Dapozzo

« Erino Dapozzo est Italien, originaire de Gênes. Il est né en 1905, marié à une Suissesse et il a 5 enfants.
Son père est venu en Suisse comme bien d'autres parce qu'il n'y avait pas de travail en Italie. Ils se sont installés à Moutier. Ils ont travaillé au tunnel « Moutier et Grange» c'étaient les Italiens, les étrangers qui construisaient ce tunnel, un travail dangereux. M. Dapozzo père s'est marié à une Suissesse, une fille de Moutier. Elle s’est convertie dans l'église de Moutier, cela a engendré de la tension dans la famille, le père Dapozzo était d'origine catholique... (Ce serait trop long à raconter) jusqu'au jour où enfin, lui aussi s'est converti. C'était une belle famille de chrétiens. Mais il y a eu cette crise dans les années 1920, 22 et 23 : plus de travail, surtout pas pour des Italiens. Ils auraient pu bénéficier de la Caisse de chômage, mais leur fierté de travailleurs, leur orgueil d’Italiens les a amenés à refuser : "Nous, on veut travailler !"
Alors, ils sont partis en France, là où il y avait tous ces villages détruits par la Première Guerre mondiale qu'il fallait reconstruire. Après la journée de travail, le soir, avec un petit sac, le père et les enfants allaient distribuer des traités, ils évangélisaient. Erino avait entre 16 et 18 ans.
Ils ont déménagé dans la banlieue parisienne et se sont construit une petite maison, puis ont réussi à monter une entreprise de construction, eux, les Dapozzo. Et à côté de cela, ils évangélisaient. Ils avaient fait une salle de réunions dans leur maison. Il y a eu là une assemblée qui existe encore aujourd'hui, une belle assemblée qui était une grande bénédiction. Ils ont construit une nouvelle chapelle.
Puis est venue la deuxième guerre mondiale, l'occupation allemande. Erino parlait allemand, parce qu'il avait fait des séjours en Suisse allemande chez des paysans. Alors les Allemands l’ont repéré et lui ont demandé de faire des traductions entre le maire de Palaiseau, les autorités et ceux de l’Occupation. Il a eu accès à certains documents. Il voyait que certaines personnes étaient dénoncées par d'autres ; ils se dénonçaient d'une famille à l'autre et puis ils dénonçaient les Juifs, etc... et lui, par derrière, il allait les avertir : « Attention, vous avez été dénoncés, demain matin les Allemands vont venir vous prendre et puis, ils vont vous déporter, alors si vous voulez, vous avez juste le temps de fuir ». En même temps il leur parlait de sa foi. Jusqu'à ce qu'il soit tombé sur une famille française dont il avait sauvé le père. Le fils était jaloux de son père. Il a su ce que Dapozzo avait fait, et il l'a dénoncé. Il a été arrêté et condamné à mort et c'est seulement parce qu'ils avaient quatre enfants, Marguerite était enceinte du 4ème, qu'il a été déporté au lieu d'être exécuté.
Il raconte toute cette histoire dans le livre : « Hambourg ». Il a écrit tout un manuscrit sur cette vie.
Dans le camp, en Allemagne, ils lui ont cassé trois fois le bras à coups de matraque. Et puisque ceux qui ne pouvaient plus travailler étaient tués, il a demandé à un camarade de lui attacher la pelle au bras, à trois endroits, pour qu'il puisse quand même travailler dans la mine et échapper à la mort...
Sans soins, sans aucun médicament, cela était terrible. Et là il dit que le Seigneur a guéri son bras. Pour lui, c'était un miracle.»

Le don de Dieu par Chiniquy

                  

Récit autobiographique de l'événement le plus important de sa vie de prêtre

Notice biographique

L'abbé Charles Chiniquy fut un prêtre catholique canadien réputé. Né à Kamouraska, Québec, le 20 juillet 1809, il fut le premier à établir une société de tempérance (entraide anti-alcoolique) dans ce pays, ce qui lui valut le titre “d'apôtre de la tempérance” au Canada. Ses nombreux dons et sa piété lui valurent également la mission de confiance d'installer toute une colonie de Canadiens Français dans l'État d'Illinois. Vers la fin de sa vie, il fut l'ami d'Abraham Lincoln. Il fit plusieurs tournées de prédication en Angleterre, et ce court témoignage sur l'événement le plus important de sa vie fut donné à Londres.

Il vécut jusqu'à 90 ans et mourut à Montréal le 16 janvier 1899.

Je suis né au Canada en 1809, et je fus baptisé la même année dans l'Église Catholique Romaine. En 1833, je fus ordonné prêtre. Je suis maintenant dans ma 74ème année et cela fait donc près de 50 ans que je reçu la dignité du sacerdoce dans l'Église Romaine.

Sauvé du désespoir

Le témoignage de Frédéric.

Le chemin de la délivrance


  Comment le Saint-Esprit pourra t-Il agir en nous? Ce sera dans la mesure où nous aurons saisi, par la foi, Christ dans tout ce qu'Il est, et où nous nous serons appropriés Christ, comme notre perfection, comme notre salut.

 « Oui, dirons-nous, mais nous sommes pécheurs, et il y a tant de mal en nous; est-ce que nous allons fermer les yeux sur ce que nous sommes en nous-mêmes? » —

 Nous devons ouvrir nos yeux pour voir Christ. Cessons de regarder à nous-mêmes, et à notre péché; et gardons nos yeux fixés sur le Seigneur Jésus, qui est notre perfection devant Dieu, et qui, de la part de Dieu, a été fait notre perfection. Saisissons-nous de Lui par la foi. — « Non pas ce que je suis, Seigneur, mais ce que Tu es, Toi». — En moi-même, je suis mauvais : « ... je sais que ce qui est bon n'habite point en moi » — mais Toi, Seigneur, Tu es mon salut; Tu es ma justice; Tu es ma sainteté; Tu es ma sanctification; Tu es tout cela en moi, et pour moi... Et c'est sur cette base-là que le Saint-Esprit accomplit Son oeuvre en nous. C'est sur la base denotre appréciation de Christ que le Saint-Esprit peut agir en nous. C'est le chemin de la délivrance.                            

Ce qu'est la vie chrétienne

L'Esprit de Jésus-Christ vient demeurer en nous, lorsque nous sommes sauvés, pour que nous puissions recevoir sa vie et la manifester autour de nous. Jésus a dit très clairement qu'il était venu pour que nous ayons la vie (cf. Jean 10:10). 

Avant d'être sauvés, nous étions spirituellement morts, mais désormais nous sommes vivants (cf. Ephésiens 2:1). La caractéristique fondamentale de la vie chrétienne est que Jésus nous a donné sa vie et qu'il désire la manifester à travers nous à chaque instant.

La vie chrétienne, ce n'est pas que je serve Jésus. Ce n'est pas que je vive pour lui. Ce n'est pas que je fasse ce que Dieu me demande de faire. La vie chrétienne, c'est Christ! Cette marche selon la grâce n'est ni plus ni moins que la vie de Christ. C'est la foi du Nouveau Testament. C'est Christ qui vit en nous (par le foi) et qui agit à travers nous à chaque instant.

Esteve

La croix et la nature humaine

 La nécessité pour l'homme d'être affaibli, diminué, brisé, vidé, se justifie abondamment.

Pour traiter un tel sujet, il faudrait pouvoir l'embrasser vraiment dans toute son étendue, et le sonder dans toute sa profondeur ; et ni vous ni moi n'avons les ressources d'intelligence spirituelle et de pénétration pour espérer y parvenir jamais. Mais le Seigneur connaît toute l'ampleur du problème ; Il en a mesuré l'étendue, et rien ne Lui échappe dans notre nature humaine, pas plus l'infiniment petit que l'infiniment grand.

Or c'est Lui, Lui-même, qui est allé à la Croix pour entraîner dans Sa mort notre nature déchue.

La Croix de Jésus-Christ a une portée qui dépasse de beaucoup tout ce que nous en avons découvert jusqu'ici, et tout ce que nous pourrons jamais nous représenter. Les profondeurs de notre nature ont été vues à la Croix comme nous ne les avons jamais vues, et le problème qu'elles posent y a été tranché souverainement et pour toujours.

Toutes ces forces subtiles qui nous trompent au point de se faire passer pour bonnes, Dieu les a vues dans leur brutale réalité. Toutes ces choses qui dépassent ce que nous en pouvons connaître ou concevoir, Dieu les a clouées à la Croix et en a eu raison. De la racine jusqu'aux rameaux, du centre à la circonférence, tout a été mis à nu et a eu son compte réglé.

« C’est pourquoi … avançons »

Par T. Austin-Sparks

Hébreux 6:1 : « C'est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux oeuvres mortes, »

L’importance de la Maturité Spirituelle

L'apôtre est inquiet. Tandis qu'il écrit cette lettre aux Hébreux, c’est comme s'il rencontrait, de temps à autre, quelque chose qui l'arrêtait net. Trois fois au moins, il interrompt son sujet principal pour y introduire une parenthèse ou un résumé. Le passage compris entre le verset onze du cinquième chapitre et le verset trois du sixième chapitre est une digression de ce genre. Quelle est donc cette chose qui rend sa démarche si difficile et si ardue ? Ce n'est pas que le sujet soit difficile. L'auteur lui-même n’est pas en cause. Le message ne manque pas de présenter l’urgence et l'importance de la finalité de l’épître : le but est d’exprimer la signification de la Personne, de l'incarnation, de la Croix et de la valeur du Seigneur Jésus. Non! La cause de la difficulté se trouve dans les destinataires de la lettre. Ce n'est pas qu'ils ne connaissent pas le Seigneur. Ils ont « été une fois éclairés » ; ils « ont goûté du don céleste » ; ils « sont devenus participants de l'Esprit Saint » ; ils « ont goûté la bonne Parole de Dieu et les miracles du siècle à venir ». Et cependant, il y a en eux une immaturité, une cause qui entrave leur marche, une enfance spirituelle qui menace d'être fatale à l'égard des intérêts suprêmes de leur vocation céleste. C'est cette croissance interrompue, cette enfance prolongée, qui retient l'esprit et la plume de l'apôtre et qui irait jusqu'à exercer une retenue de l’Esprit Saint. (Voir le paragraphe déjà mentionné: Hébreux 5 :11 – 6 :3.)

Le principe de la séduction satanique


 

IMPORTANT - Une chose importante dont nous devons nous souvenir  :

 Satan a le pouvoir de nous faire croire au mensonge comme étant une vérité. Ainsi, quand il y parvient et que la chose est reçue comme telle, notre "conscience" ne peut plus nous avertir quand nous sommes dans l'erreur, puisque nous sommes convaincus d'être dans la vérité et donc, nous sommes au clair, vrais et sincères  à nos propres yeux.

 Et ainsi,  nous entrons toujours plus profondément dans la séduction et la contrefaçon satanique, persuadés que nous sommes dans la vérité. C'est une tragédie !        

Souvenons-nous qu'à la chute, la femme a répondu à Dieu :

 "Le serpent m'a séduite (trompée) et j'en ai mangé !  (fatal !… )

Il nous faut savoir que le malin n'a pas changé sa méthode. C'est toujours ainsi qu'il agit, avec le chrétien, quand il veut produire une contrefaçon (le tromper lui et, si possible, ceux qui sont avec lui).

Sachons cependant que cette ruse peut être déjouée en nous tenant, par la foi, uni à Christ dans Sa mort et Son ensevelissement. Rom. 6:11

Moi, je... mais LUI

    Moi, je vous baptise d’eau, ... mais lui... il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.     #Mt 3:11

    Y a-t-il jamais eu un moment dans ma vie où j’ai pu dire : Moi.... mais Lui... ? On ne peut pas comprendre ce qu’est le baptême du Saint-Esprit sans d’abord en arriver là. « Moi », ... je suis à bout, je ne peux plus rien faire ; mais « lui » intervient alors, et il fait ce que lui seul peut faire. Suis-je prêt pour sa venue ? Jésus ne peut pas venir tant qu’il reste quelque chose en travers de son chemin, en bien ou en mal. S’il vient, suis-je prêt à laisser projeter la lumière sur toutes mes fautes ? C’est là justement qu’il agit ; là où je me reconnais coupable, il s’approche de moi, là où je me crois sans reproche, il s’éloigne.

    La repentance n’apporte pas tant la conviction de péché, que le sentiment d’une incroyable indignité. Quand je me repens, je sens que je suis totalement incapable de m’en sortir, je ne suis même « pas digne de porter ses sandales ». Me suis-je vraiment repenti ainsi ? Ou subsiste-t-il en moi l’impression que je suis peut-être bon à quelque chose ? Tant que je ne suis pas passé par une vraie repentance, Dieu ne peut pas entrer dans ma vie.

Elle a du prix aux yeux de l’Eternel, La mort de ceux qui l’aiment. Ps 116:15

  Au terme d'un séjour de plus de 95 ans dans ce monde, soeur Suzanne DER a rejoint dans la Gloire son Seigneur qu'elle a fidèlement servi depuis sa jeunesse.


   Elle est partie en paix dès les premières heures du mercredi 17 Août 2011. Elle laisse dans de nombreux coeurs le témoignage de son intimité avec le Seigneur, rappelant à tous ce verset de la Parole dans laquelle elle puisait sans cesse les ressources qui lui étaient nécessaires: "Je puis tout par Celui qui me fortifie" Philippiens 4, verset 13.


V2BibleBooks 2010 - carte du site - contact - photos